Terre sans Ciel

Lorsque la froide grisaille du béton tagué colore l’espace des vies, lorsque les frustrations, gueulées ou slamées, du temps clos et répété, rythment la durée des jours, lorsque la lumière artificielle des Temples commerciaux crée à chaque visite de nouvelles envies ou de nouveaux crédits, vous pouvez toujours vous offusquer des déshérences, vous pouvez toujours jouer les vierges effarouchées et continuer à ne pas regarder la triste médiocrité des valeurs constitutives de notre société. Mais, je vous le dis, de ces demains toujours ainsi, ils ne voudront bientôt plus le goût, ni l’ennui. Et si vous ne combattez pas la culture marchande par la promotion d’autres modèles, si vous continuez à éluder dans l’enseignement du fait religieux son seul intérêt : la dimension spirituelle (seule à même de combattre efficacement les lectures littérales et dévastatrices) alors ne venez pleurer si vos enfants quittent les terres sans ciel pour des promesses de liberté et de fraternité, pour un rêve manipulé qui sera notre cauchemar, pour un ailleurs plein d’espoirs mais surtout plein d’escrocs fort habiles à user des aspirations délaissées ou caricaturées.

 LRW